item Item : Chant de danse amxllf CD1_12

wait  Loading...
Property Value Unit

Dublin Core Metadata

ElementRefinement
Value
identifier 
http://archives.crem-cnrs.fr/items/17229
identifier 
CNRSMH_E_1998_017_001_001_12
type 
Sound
title 
Chant de danse amxllf
creator 
Olsen, Miriam
contributor 
Zemp, Hugo et al.
contributor 
ZEMP, HUGO
subject 
Ethnomusicology
subject 
Research
descriptionabstract
CD.I Afrique / Maroc "Double choeur féminin, un gros tambour à deux peaux ganga, plusieurs tambours sur cadre tallunt joués par des hommes. Enregistré à l'occasion d'un mariage villageois, on entend ici la partie féminine d'une joute chantée entre un poète et une poétesse. Placée au milieu de l'un des deux choeurs, la poétesse souffle aux autres femmes de son choeur ses propos, vers après vers. Chaque vers, chanté et répété plusieurs fois par les deux choeurs en alternance, comporte un refrain final sur les mots yallah, yallahi (approximativement « ô Dieu, Dieu »). Le sujet de cette joute poétique concerne la nature des valeurs communautaires défendues par les villageois. Les tambourinaires jouent l'un des rythmes caractéristiques de l'amxllf, un rythme cyclique à dix temps subdivisé en deux fois cinq temps par les battements de mains. La mélodie chantée se déroule sur trois fois dix temps. Danse : La figure chorégraphique de base est la ronde. Serrées les unes contre les autres, face au centre, les femmes tournent dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. Les tambourinaires, regroupés au milieu du cercle, ne dansent pas. Le fonctionnement de la danse et du chant illustre à merveille l'association étroite faite par les Chleuhs (Berbères de l'Anti-Atlas) entre chant et danse. Ainsi les femmes tournent aussi bien dans leur danse que dans leur chant, l'alternance constante entre les deux choeurs étant considérée comme une manière de « faire tourner » le chant. L'accent étant mis sur la poésie, peu de variantes interviennent dans la danse. On n'observe qu'un léger balancement du corps, produit par le changement d'appui des pieds sur le temps 5 de la subdivision rythmique, et la pose de l’avant pied libre sur le temps 2, les battements de mains soulignant généralement ce rythme asymétrique." Miriam Olsen, cf. p.43 du livret
publisher 
Le Chant du Monde, Paris
publisher 
CREM-CNRS
datecreated
1952-01-01T00:00:00Z
dateissued
1998-01-01T00:00:00Z
coveragespatial
Maroc
coveragespatial
Afrique septentrionale
coveragespatial
Afrique
coveragespatial
Anti-Atlas
rightslicense
Restreint (enregistrement édité)
rightsaccessRights
public
formatextent
00:03:39
formatmedium
CD-Livre
formatMIME type
audio/x-wav
relationisPartOf
http://archives.crem-cnrs.fr/collections/4710