Corpus : Schaeffner, Phonothèque privée

Title
Schaeffner, Phonothèque privée
Description
Disques édités, déposés au CREM. Corpus en cours de traitement (avril 2012).
Code
CNRSMH_Schaeffner_002
Total available duration
00:51:35
Fonds
Fonds André Schaeffner (1895-1980)
Last modification
Aug. 28, 2012, 12:01 p.m.

Collections

Title Digitized Description Code
Trompes et fanfares de Venerie CNRSMH_E_1955_011_001
Canto Flamenco par Manolo Leiva CNRSMH_E_1955_011_002
Angelillo de Valladolid-Chanteur Flamenco CNRSMH_E_1955_011_003
Le carnaval de Binche CNRSMH_E_1955_011_004
Chants du Brésil CNRSMH_E_1955_011_005
Chants populaires de Scandinavie CNRSMH_E_1959_003_001
Tchécoslovaquie CNRSMH_E_1959_003_002
Rondes enfantines de Tchécoslovaquie CNRSMH_E_1959_003_003
Bulgarian folk song CNRSMH_E_1959_003_004
Chants russes CNRSMH_E_1959_003_005
Alexandrov. Danseurs et choeur de l'armée rouge CNRSMH_E_1959_003_006
Musique touareg et Houassa CNRSMH_E_1959_003_007
Chants et danses de Perse
«Dans chaque région de l'Iran, plus précisément chez les diverses tribus existent des chants et des danses qui ont été transmis de génération en génération depuis des siècles. Cette musique est restée tout à fait pure. Et ce que joue aujourd'hui le petit berger sur sa flûte, dans les montagnes, est exactement sans doute ce que jouaient ses très anciens ancêtres. Chaque région, chaque tribu a son dialecte, son folklore particuliers. Il semble que la chanson amoureuse soit un des plus belles fleurs du folklore persan. Les paroles en sont à la fois simples et attachantes . Elles montrent la sincérité et la pureté de l'âme d'un peuple chez qui l'amour n'a pas encore perdu son sens. Et la délicatesse des images poétiques n'enlève rien à l'ardeur des sentiments exprimés. La majorité des chants et danses présentés ici n'ont encore jamais été notés et ont été appris précisément de bouche à oreille.» (source : pochette du disque) CNRSMH_E_1959_003_008
Musique Proto-indochinoise CNRSMH_E_1959_003_009
Chants de l'Inde
«La vie et les aspirations des villageois indiens s"expriment dans les chansons très simples. Quelques-unes furent enregistrées lors d'un festival folklorique qui se tenait à Bombay en 1953. Ce sont elles qui sont gravées sur ce disque. Il ne faut pas chercher là un document sonore concernant les tribus les plus primitives de l'Inde, celles dont les mélodies élémentaires n'utilisent que deux ou trois sons, qui ne connaissent pour tout accompagnement que la percussion. Ici nous sommes en présence de chants populaires d'une nature élaborée ; la mélodie est riche souvent pentatonique, et des instruments divers (hautbois, cordes pincées, petit harmonium portatif) soutiennent le chant soit en exécutant une pédale mélodique, soit en doublant doublant une partie chantée ; les tambours de leur côté accentuent le caractère rythmique de chants qui servent de support à des danses. Les paysans indiens ne sont pas des musiciens professionnels, ils chantent ensemble p«our leur joie : un individu plus doué lance un thème que tous reprennent ou encore chacun improvise à tour de rôle sur un thème connu...» (source : pochette du disque, Mireille Helffer) CNRSMH_E_1959_003_010
Archipel du Tiki. Musique de Polynésie CNRSMH_E_1959_003_011
Juillet à Tahiti CNRSMH_E_1959_003_012
Les guaranis de Francisco Marin CNRSMH_E_1959_003_014
Chants populaires et folkloriques CNRSMH_E_1959_003_015