item Item : Chants de lignages (dooynorgol), exécutés dans leur intégralité et en contexte non dansés : chant de dooynorgol (2 choeurs éloignés l'un de l'autre) _CD n°10, plage 5

wait  Loading...
Property Value Unit
Title
Chants de lignages (dooynorgol), exécutés dans leur intégralité et en contexte non dansés : chant de dooynorgol (2 choeurs éloignés l'un de l'autre)
Collector
Loncke, Sandrine
Collection
Niger : Peuls WoDaaBe (dits Bororos), missions S. Loncke 1997-98
Recording date
Nov. 1, 1998 - Nov. 30, 1998
Access type
full

Geographic and cultural informations

Location
Niger
Location details
Azawak, Puits de Girmaawa
Language
Peule
Population / social group
Peuls bororos
Ethnographic context
Notes de Sandrine Loncke :
Enregistré quelques jours après l'attaque rituelle des Gojanko'en, devant le campement du chef des Bii Korony'en.
Keywords
Guerre, Invocation, Rituel

Musical informations

Vernacular style
Jeldugol
Number Composition Vernacular name Interprets
15 Voix chantée : choeur d'hommes Hommes du lignage des Gojanko'en

Archiving data

Code
CNRSMH_I_2000_005_002_05
Original code
BM.2000.005.001/17:10-05
Item number
_CD n°10, plage 5
Creator reference
DAT 2
Remarks
Notes de Sandrine Loncke :
Dans sa totalité, le chant de dooynorgol n'est jamais exécuté qu'à l'occasion de l'attaque rituelle nocturne qui inaugure le lancement d'une cérémonie interlignagère (ngaanyka), en fin de saison d'hivernage. Sur décision des anciens du lignage (ndotti'en), une petite délégation de jeunes hommes, encadrée par quelques responsables de la classe d'âge intermédiaire (jaaji'en), se rend par surprise à l'orée des campements du chef (ardo) d'un lignage choisi comme adversaire pour la circonstance, et là, entonne en pleine nuit la totalité de son "chant de marque". Celui-ci sera une nouvelle fois repris le dernier jour de la cérémonie, juste avant la dispersion des participants.
Le dooynorgol est une provocation rituelle à venir s'opposer dans le cycle de danses geerewol qui jalonne les sept jours que dure une cérémonie interlignagère. Le dooynorgol des différents lignages relève d'une même structure musicale, mais aucun n'est semblable. Son exécution implique toujours trois réitérations.
En attendant que la nouvelle du lancement de la cérémonie se diffuse dans les campements et que les familles des deux lignages concernés puissent se réunir autour d'une grande mare, les Gojanko'en ont tenu le "siège" durant cinq jours devant le campement du chef des Bii Korony'en, chantant en permanence leur dooynorgol et dansant la geerewol chaque après-midi.
La première partie du chant (dooynorgol manngol), strictement exécutée lors de l'"attaque", ne figure pas ici. Assis par petits groupes, les chanteurs se répondent à distance, ce qui permet d'entendre distinctement la façon dont se répartissent les voix.



Last modification
July 31, 2014, 2:57 p.m.

Technical data

Media type
Audio
Item size
20.1 MB